Ligne d’arrivée franchie !

Samedi 16 Août, quel bonheur de voir les contours du Mont St Michel se dessiner, une fois le village de Pontaubault dépassé. Nous nous joignons au pique-nique de la famille «Bentrider Fameuhly» qui revient d’un tour d’Europe en trike (fameux vélo couchés à 3 roues). Maël passe l’après-midi à rouler sur l’un d’eux le long du barrage avec en fond le Mont St Michel qui se rempli et désempli au rythme effréné des navettes qui déposent les touristes.
En quittant ce rdv de cyclo-randonneurs, nous réalisons également que nous arrivons à la frontière Bretonne, comme Maël l’a précisé dans son cahier de bord!
L’eurovélo 4 ainsi que le Tour de la Manche, sont autant de choix pour suivre un de ces itinéraires cyclables qui longent la baie du Mont St-Michel jusqu’à la côte d’émeraude.
Le 17 août, nous avons le plaisir d’être accueilli par nos dernières hôtes WarmShowers (Tara le prononce “One cho heure»). Erwan, Marie, et les enfants, Jean, Antoine et Léon nous ouvrent les portes de leur chaleureuse maison pour une soirée galette/crêpe. Les enfants s’entendent à merveille, et disparaissent le temps d’une soirée: ils se déguisent, mettent de la musique, explorent le jardin, jouent dans la cabane en paille qui est en construction… pendant ce temps les parents papotent sur les voyages, l’école à la maison, l’éco-construction, l’habitat partagé. Plein de sujets qui nous trottaient dans la tête et que nos hôtes ont déjà mûri ou expérimenté.
Lundi 18, après une averse, Erwan et sa famille nous accompagnent à vélo jusqu’à Saint Malo via les petits chemins de campagne. A la pause déjeuner, un tracteur retourne la terre d’un champ de patate où nous pique-niquons et les enfants en profitent pour glaner des pommes de terre qui se découvrent. Nous dormons le soir au camping municipal de St-Malo, il y a beaucoup de vent, mais la côte est de toute beauté.
Papi et Mamie nous appellent maintenant tous les soirs, c’est un peu comme avoir un phare, un PC (poste de commandement) de course, où on y parle de météo, de ligne d’arrivée, et de l’après voyage…les enfants ont hâte d’arriver et ils rêvent de passer du temps avec leurs grands-parents, tonton et tatas. Nous hissons donc les voiles (façon de parler), et mettons le cap plein Ouest, le vent dans le pif, mais dans l’idée d’en découdre et de franchir avant la fin de la semaine, la ligne d’arrivée.
Mardi 19, nous prenons le temps de suivre les traces de Jacques Cartier, en découvrant la Cathédrale de St-Malo où repose une plaque dédiée à notre cher navigateur qui découvrit le Canada en 1535, après une dernière bénédiction dans ce lieu. Comme les plus grands navigateurs, nous prenons la mer avec notre chargement sur un petit bateau mais pour rejoindre seulement Dinard, se résumant à 10 mins de bateau !
A Matignon, Jacques, un fermier nous permet de planter la tente dans son champs. Sa mère nous offre même le cidre fait-maison pour accompagner notre repas du soir, et fêter notre arrivée dans le département des Côtes d’Armor.
Le lendemain, nous suivons les petites routes pour nous rapprocher de St-Brieuc, c’est encore une journée vallonnée, et nous sommes ravis de pouvoir installer notre tente, à côté d’une ferme (éleveur de viande Charolaise) à Andel.
Jeudi 21, peu après avoir entamé notre avant-dernière journée de cyclo-voyageur, nous rencontrons dans la Baie de St-Brieuc, Alex, Fanny et leur petite Montaine («des voyageurs comme nous» dit Maël), et roulons ensemble une bonne partie de la journée, c’est agréable d’être accompagné, comme poussé vers la ligne d’arrivée.
Et que dire de notre dernière soirée à Plourhan, chez des cousins qui spontanément nous accueillent à la dernière minute: une dernière douche chaude, des galettes Bretonnes, et une soirée pour démystifier le voyage à vélo, et se remémorer toutes ses belles rencontres et kilomètres parcourus.
Vendredi 22, un peu moins de 20 kms nous séparent de la  Chapelle de Kermaria, là où nous attendent les grands-parents, Amélie, la soeur de Kristell fraîchement arrivée du Québec pour les vacances, les cousines qui viennent passer du bon temps dans la maison de famille d’Yvias, et même Loïc et Pamela, les artistes acrobates qui viennent tout juste de faire un spectacle à Erquy.
Ils sont tous là, grand sourire aux lèvres, cris et même en larmes pour accueillir les Cyclofrogs. Les drapeaux flottant sur la carriole, l’explosion de joie est au rendez-vous!
Après un pique-nique salvateur, c’est en équipe que nous terminons ce tour d’Europe en franchissant la ligne d’arrivée après 6000 kms au compteur devant la maison du Min Gwen à Yvias, avec à la clé, banderole et champagne.
Nous posons nos sacoches et réalisons que c’est la fin de 6 mois d’aventures. Un goût de trop peu et beaucoup à la fois, il est maintenant temps de penser au futur, à 2 roues ou autrement, l’avenir nous le dira.

Douce France, cher pays de mon enfance!

Voilà, ce dimanche 10 Août, on y est, après 5 mois et 10 jours, nous rentrons dans notre pays par le département du nord via Halluin, accueilli par un rideau de pluie (comme dans le film, les ch’ti !).
Le retour est radical, c’est étrange de comprendre toutes les conversations autour de soi sans avoir à tendre l’oreille mais nous sommes contents d’être là après avoir atteint notre objectif. (la barre des 5000 kms a été dépassées aux Pays-Bas, le 27 juillet). Toutes les personnes que nous rencontrons sont accueillantes et impressionnées par le périple qu’ils entendent.
Arrivés à Lille le même jour, nous sommes accueillis par Grégoire (papa de 9 enfants, et frère de nos hôtes de Vincenza!) qui nous fait une visite guidée du centre ville. La Bretagne est encore loin et il nous faut prendre le train pour Caen.
Nous voilà depuis 4 jours sur les routes et voies vertes de la Suisse Normande pour arriver ce soir dans le camping municipal de Ducey.
Demain (le 16/08), en fin de matinée, nous serons au Mont Saint Michel pour rencontrer la Bentrider family qui revient d’un an de voyage (en Trike, Vélo couché à 3 roues) puis ce sera direction St Malo, Dinard, St Brieuc et notre cher petit village d’Yvias (à côté de Paimpol) où nous comptons arriver le samedi 23 Août (ou le dimanche 24), soit dans 8 ou 9 petits jours.

Si vous avez un peu de temps, vous pouvez nous rejoindre pour rouler les derniers kms ensemble sinon au plaisir de vous revoir tous bientôt.

La Belgique: 2 jours court mais intense!

La Belgique ne devait être juste qu’un passage vers la France mais voilà le lot de surprises et de rencontres continuent.
Dans ce pays à moitié francophone, les campings sont introuvables à l’intérieur des terres alors nous en profitons pour aller à la rencontre des habitants.
Un gros orage arrive, vite il faut trouver un abri pour se protéger, une fermière nous laisse nous abriter sous sa grange avant de repartir voilà qu’elle nous glisse deux gaufres dans nos sacoches.
A 18h30, il est temps de trouver une place pour planter la tente, une fois l’orage passé, la fermière nous indique des places pour mobil-home devant une église, puis une deuxième personne, nous indique le même endroit, quelque chose doit vraiment nous attendre la bas. Mais arrivé sur place, il s’avère que ce sont que des places de parking pour camping-car. John et Maël partent demander dans un café si il n’y a pas un pré proche du village. Une famille et leurs amis fêtent un anniversaire et nous proposent de camper dans leur jardin. Après avoir bu notre 1ère bière belge, nous prenons la direction de leur maison pour installer la tente. Les amis sont également invités, chacun emmène un plat, et au menu, nous avons la chance de gouter aux frites maisons et bien sûr des moules au plus grand plaisir de Maël qui en rêvait depuis le 1er jour du voyage.
Geest, notre hôte, nous fabrique même une pièce sur mesure pour le follow-me qui avait rendu l’âme, c’était inespéré !
Le lendemain, nous prenons la direction de Lille, le long de la Lys.

Les Pays-Bas, le Gouda et le plat!

Toute la journée (lundi 21) entre l’Allemagne et les Pays-bas, une mini-descente quasi-imperceptible ce profilait au loin. Enfin le plat, nous l’attendions depuis des mois, quel plaisir de rouler sans trop d’effort. On aurait pu penser que rouler sur une région plate est plus ou moins ennuyante mais non, la Hollande nous enchante!
Les routes le long des canaux, des petites maisons en briques décorées avec goût, des jardins fleuris et travaillés, des toitures en chaume, les girouettes surplombant les petites cheminées… pour l’instant tout nous plaît.
Après avoir croisé la frontière sur un petit chemin de campagne entre des champs de maïs et un champ d’éolienne, nous arrivons en Hollande dans la jolie petite ville de Ter Apel. Le lendemain, nous voilà parti en direction de la petite venise hollandaise prénomée Giethoorn à environ 100 km de là.
Après 50 kms, il est à peine 16H30 et Maël semble en pleine forme, nous décidons de poursuivre la route afin de rejoindre la famille Pradère en vacances en Hollande. A 19h, nous atteignons la petite ville de Giethoorn avec au compteur 92kms. C’est notre plus longue journée du voyage surtout que Maël a réalisé l’exploit tout seul (le follow-me a un petit souci de fixation).
Après cet effort, toute la famille mérite un petit repos avec les copains dans un camping situé au milieu des petits canaux, les gens circulent soit à pied, soit en bateau, soit à vélo! Les enfants s’éclatent toute la journée. Nous découvrons les bracelets qui font la fureur des cours de récrés françaises, les “looms”. Les enfants se sentiront moins en décallage car le retour approche.
Les prochains jours, nous allons rouler en direction de Amsterdam pour rejoindre nos amis du SLIP (Syndicat Libre de l’Impasse de la Peyrière).

 

L’Allemagne, championne du monde ****

Et oui, nous avons assisté à la finale dans un bar Allemand, à Hambourg, dans une belle ambiance, accompagnés de nos cousins de Hyères. Les supporters avaient sorti les chapeaux, les drapeaux, les voitures habillées aux couleurs Allemande…Pour avoir la joie d’assister à la victoire, nous avons dû rouler le long de la Baltique jusqu’à Stralsund, où le 10 juillet, nous avons pris le train pour Hambourg.

Hambourg nous a surpris, séduit même, des pistes cyclables partout, un beau centre ville parsemé de canaux, de docks et l’Elbe qui la traverse. Ses grands boulevards avec leurs voitures bien garées, de larges trottoirs, d’anciens bâtiments fait de briques rouges, nous font penser à l’ambiance d’une ville américaine. Ces 4 jours de visite nous ont enchantés.

Depuis le 14 juillet, nous roulons en direction d’Amsterdam. Le 1er soir, nous essayons de dormir dans un camping, mais celui-ci n’est ouvert que pour les Camping-car, interdit pour les tentes ! c’est alors que nous rencontrons Damian et sa mère, des Polonais qui nous ouvrent spontanément la porte de leur maison et nous permettent de passer une très bonne soirée.
Nous avons visité Brême (Bremen) le 17 après-midi, c’était très sympa, et roulons actuellement pour rejoindre les 2 familles de copains qui arrivent de Valbonne le 28 juillet, avec qui nous roulerons pour une dizaine de jours d’Amsterdam vers le sud de la Hollande.

Un mot sur l’Allemagne, championne du monde pour nous faire payer la moindre chose, que ca soit une carte dans une office de tourisme ou se connecter sur internet, nous avons l’impression que tout est payant !

 

Le long de la mer Baltique

Les présentations finies, nous voilà parti longés les chemins de la mer Baltique. Le vent vient régulièrement de l’Ouest face à nous, on comprend mieux pourquoi tous les cyclo-touristes roulent vers l’Est.
Le sable blanc, les dunes de sables fins, les nombreuses forêts longeant la côte, les paysages sont splendides mais les chemins de l’Eurovélo 10 ne sont pas toujours évident à parcourir. Nos roues s’enfoncent dans le sable qui revêt de nombreux chemins parcourant les forêts. Certains terrains seraient des parcours rêvés pour du tout-terrain mais entre le poids de notre chargement et la longueur de nos montures (carrioles et follow-me), nous voilà obligés de poser les pieds à terre et de pousser; ho-hisse, ho-hisse !

Une famille de WarmShower (comme dit Tara: les “one shoeur”) qui nous a accueilli dans un village proche de Gdynia, nous a rejoint pour passer le WE à Łeba. Nous avons pu visiter avec Michal, Renia, Woltek et Kris, le SŁovinsky National Park connu pour ses magnifiques dunes de sables blancs et ses forêts.

Les vacances ont commencé en Pologne depuis une semaine et les stations balnéaires commencent à se remplir. Sur les pistes cyclables longeant le bord de mer, nous slalomons entre vélos, promeneurs mais aussi notre coup de cœur pour les Formule 1 ou voiture à pédales, qui n’avancent pas mais encombrent les pistes.
De nombreux enfants partent en colonie de vacances le long de la mer Baltique. Maël et Tara ont d’ailleurs remarqué tout de suite les couleurs de chaque groupe avec un tee-shirt vert ou des casquettes oranges.
Ces lieux de villégiatures sont remplis d’enfants mais aussi d’attraction pour nos petits bambins, telles que les fêtes foraines au couleurs bien attractives, des attrapes nigaud en tout genre avec des cadeaux “made in china” à la clé. Alors comment expliquer à nos deux aventuriers en herbe que l’argent de poche peut servir à autres choses qu’une babiole qui encombre les sacoches et qui se cassent en 2 min. D’ailleurs, si vous avez des arguments, nous sommes preneurs!

Krystoph, le propriétaire d’un camping Agro-touristique nous a invité chaleureusement pour camper sur son terrain. Nous étions tous heureux de participer à cette soirée autour d’un barbecue et de voir le petit poulain de 2 jours gambader. Tara et Maël en ont profité pour faire de la tyrolienne au milieu des 4×4 et monter sur un cheval.

Nous avons à présent rejoint KoŁobrzeg par sa superbe piste cyclable en front de mer où nous passons du bon temps avec une famille polonaise (merci encore au site Warmshower) et les multiples voyageurs de passage. Quelle aventure de se retrouver à 4 familles ( 2 américaines, une polonaise et une française) pour préparer des pizzas italiennes, des crêpes Bretonnes, faire du vélo et jouer ensemble! Comme dit Marciej, pour aujourd’hui, nous avons plusieurs options: faire du vélo, visiter un musée du pain, aller au lac…à vous de choisir! Dans cette maison du bonheur, musique, langues, jeux, nourriture de différents nationalités se côtoient au plus grand plaisir des petits et des grands. Ce soir, nous sommes attendus avec impatience au bar pour regarder le fameux match France/Allemagne. Nous sortons les drapeaux, les tee-shirts aux couleurs de la France.
Dans deux jours, notre aventure polonaise arrive à sa fin après un peu plus d’un mois de rencontres inoubliables et nous roulerons sur les chemins Allemands en direction des Pays-bas.

 

Gdansk, Gdynia, Lebork: fin des présentations

Après 3 jours, nous quittons Malbork avec le cœur serré. Notre famille d’accueil (Agata, Timothée,Krystyna & Mieczyslaw) a pris soin de nous et les enfants ne veulent pas partir. La présentation à l’école de Malbork s’est très bien passé, les enfants et les maîtresses étaient ravis et nous nous sommes bien amusés. John nous a fait une démonstration en live de notre vie en camping avec lavage de la vaisselle, test de sac de couchage… C’était à mourir de rire! Quelques enfants avaient préparé des biscuits et gâteaux polonais.

En atteignant les bords de la mer Baltique, nous arrivons au maximum de notre voyage vers l’Est et au Nord avant de débuter le chemin du retour vers l’Ouest. Nous profitons de notre séjour chez Piotr, Alicja et Yanek pour visiter la magnifique ville de Gdansk, capitale de l’ambre de la Baltique. Balade le long de la rivière, promenade dans les jolies ruelles, belle vue du haut du clocher de la cathédrale, nous sommes conquis par cette jolie ville. Toutes les boutiques vendent de nombreux bijoux fabriqués à partir d’Ambre trouvé dans la mer Baltique. Cette ville et région sont prisées par de nombreux touristes en quette d’air marin, de belles plages … Alicja s’empresse de nous faire tester les Cupcake de FajneBaby fabriqués localement avec les produits frais du marché. Les enfants ont adoré et nous aussi!

Voila, nos dernières présentations dans les écoles ainsi que à la bibliothèque de Lebork sont terminés. Nous avons eu beaucoup de plaisir à décrire notre périple, et à raconter notre quotidien de cyclo-baroudeur…nous roulons maintenant vers l’Ouest, le long de la mer Baltique, ça sent bon les vacances, les dunes, le sable chaud … mais bien sûr aussi de temps en temps le crachin!

 

 

 

La Mazurie, région des mille lacs

Après nos galères pour sortir de Varsorvie et nos 3 jours de gros coups de pédales (journée à 70 kms, whaou!), nous sommes récompensés par notre arrivée dans la belle région de Mazurie.

La vie file lentement dans cette région de vacances appréciées par les citadins de Varsovie. Il y fait bon vivre au milieu des nombreuses fôrets et lacs environnants. Le réveil au chant des oiseaux et la chaleur du soleil sur la tente, nous font oublier les moments moins agréables. Maël en profite même pour nous faire une petite insolation qui nous permet de rester une journée de plus à Krzyze, village d’artiste au bord d’un lac où nous profitons de la maison de Piotr qui nous a gentiment invité à dans sa maison traditionnelle en bois. Après une matinée de repos, nous troquons nos bicyclettes avec un pédalo et oui même les jours de repos, on trouve le moyen de donner des coups de pédales!

Les rencontres avec les Polonais sont toujours aussi appréciables, ils sont curieux et souhaitent nous faire découvrir leurs plats traditionnels comme le gâteau de Noël (au graines de pavot) : le Makowiec, les beignets épais : Racuchy, des saucisses de patate : Kishka, du boudin noir à l’orge perlé : le Kaszanka…bref, on ne va surement pas maigrir en Pologne surtout après nos petits déjeuners de champion préparés par nos  hôtes. (voir photos)

Tara a maintenant une draisienne qui lui permet de nous suivre le matin pour quelques kilomètres (2kms environ). D’après ses mots, elle dit: “Je m’active” dès que l’on prononce le mot carriole, synonyme de “je ne veux pas quitter la draisienne” pour que le reste de la troupe avance à plus de 3 km/heure!

Nous voilà maintenant plongés au cœur de l’ordre Teutonique depuis notre arrivée à Malbork et la visite de son célèbre château gothique du 13ème siècle. Agata et sa famille nous ont accueillis les bras ouverts et nous permettent de faire une nouvelle présentation demain dans une école élémentaire.

Un merci tout particulier à Emilia pour l’organisation de notre venue au nord de la Pologne. Les kilomètres supplémentaires valent le détour !

 

Cracovie, Varsovie, on y vit…

Cracovie et la légende du Dragon :
Il était une fois, un dragon qui vivait dans une grotte, au pied d’un château en Pologne.
Il terrifie les habitants du village de Wawel et une jeune fille était fréquemment sacrifiée pour apaiser le Dragon pour un certain temps. Mais un jour, alors qu’il ne restait que la fille du roi, ce dernier demanda à tous les chevaliers de bien vouloir tuer le Dragon, mais personne n’y arriva.
Un jour, le cordonnier du village appelé “Dratewka”, eu une idée, il déposa au pied de la grotte, un agneau farci de piment. Lorsque le Dragon dévora l’agneau, le piment lui piqua tellement la gorge qu’il se jeta dans le fleuve juste à côté, la Vistule (le plus long fleuve de Pologne), et bu, bu, bu l’eau du fleuve…mais son ventre était tellement rempli d’eau qu’il explosa ! Grâce au jeune cordonnier, le village était redevenu paisible et pu se développer pour devenir l’une des plus belles villes d’Europe, nommé Krakow (Cracovie en français). Voir ce lien pour en savoir plus.
Encore aujourd’hui, le légende du Dragon est très importante pour Cracovie; une statue du Dragon qui crache du feu sur demande a été érigée juste à côté de la grotte, en bas du château . Et chaque 1er juin, pour la fête nationale des enfants, une grande parade est organisée, des dragons fabriqués en papier mâché, ballons… parcourent les rues entourés d’enfants déguisés en Dragon ou en habit traditionnel.
Nous avons eu de la chance d’être présent ce Dimanche pour découvrir les festivités du weekend mais aussi participer à notre 1er rassemblement “Masse Critique” pour un tour de la ville à vélo, visiter la magnifique mine de sel de Wieliczka, parcourir les ruelles de Krakow accompagné d’un super guide en français, un grand merci à Szymon et Zacha pour leur accueil.

Varsovie, ville des rencontres :
Afin d’être à temps au nord de la Pologne, nous décidons de prendre un raccourci ! Vendredi dernier, le train nous dépose dans le centre de Varsovie, et à peine sortie de la gare, on entend nous dire ‘Salut’ (le drapeau Français disposé sur la sacoche avant du vélo de John fonctionne à merveille) ! Puis, alors que nous arrivons tout prêt de nos hôtes d’un soir, chez qui nous goutons des veggie-burger fait maison, nous rencontrons un 1er français (Rémi) et son fils et discutons voyage. Nous sentons que le quartier est en pleine ébullition, et les façades des bâtiments nous fait revivre l’histoire de cette ville. Après une nuit chez nos hôtes Polonais, nous décidons de partir vers le nord, mais en faisant tout de même un p’tit crochet dans la vieille ville. Alors que nous recherchons l’office du tourisme, nous rencontrons Mathilde, François et leur 2 enfants, Louise et Philomène, en vacances à Cracovie pour fêter le mariage d’un de leur ami polonais… Alors que nous pensions partir tôt de Varsovie, cette belle rencontre nous permet d’échanger sur la vie polonaise (François y a fait un échange Erasmus), et de manger dans une cantine populaire polonaise tout en y découvrant quelques plats typiques et de saison (soupe froide à la betterave, pierogi, goulash, compote…)! Nous avons également la chance de rencontrer le futur marié qui nous dégote une invitation dans un club de tennis à la sortie de la ville, afin d’y déplier notre tente !
Bon, le plus dur dans cette histoire, c’est bien de sortir de Varsovie, alors que cette ville est en pleine commémoration de son 25ème anniversaire des premières élections libre grâce au mouvement syndicaliste Solidarność. La vieille ville est bouclée par des policiers à chaque coin de rue, car Obama et les 4×4 américains doivent pouvoir y rouler à toute vitesse, et on se retrouve bien vite à devoir parlementer avec ses derniers pour rouler sur les pistes cyclables afin de passer de l’autre côté de la Vistule (oui, encore ce même grand fleuve, passant également par Varsovie, continuant sa route vers Gdansk). C’est donc une “palme d’or” (clin d’oeil au festival de Cannes) que nous décernons à cette ville pour son plus grand nombre d’autoroutes et de voies rapides qui nous empèchent de trouver une sortie sans danger, comme devoir rouler sur un terre plein herbeux au mileu d’une 3 voies, traverser une 4 voies pour rejoindre un trottoire, traverser des zones interdites pour y trouver une route moins dense…
Nous découvrons également que de nombreuses routes ne sont pas goudronnées et sont revêtues d’un sol bien souvent sablonneux qui ensevelisse nos pneus.

Nous voilà donc bien lancé en direction de la région de Mazury (région des mille lacs), en pleine campagne polonaise, et rencontrant encore des polonais bien accueillant qui nous invitent à dormir chez eux.
C’est sur que ce pays ne nous laissera pas indifférent et avec une tonne d’anecdotes dans nos sacoches!