Retrouvailles avec copains et vélos pendant 10 jours…

Voyager à vélo est un must au Pays-Bas. Tout est fait pour:  les pistes, les réparateurs, les magasins de vélo… D’ailleurs si vous n’êtes pas à vélo, vous faites bof!
Ici le vélo, c’est plus que tendance, c’est carrément naturel, et si en plus vous rajoutez des fleurs, une caissette pour les courses et que votre guidon est positionné bien haut, alors là vous êtes hyper-branchés.
Le vélo se fait à tout âge, entre le porte bébé à l’avant du vélo pour les plus jeunes , les draisiennes pour les petits bouts, les sacoches “class” pour les business men, les vélos électriques pour les 50ans et + … bref, chacun y trouve son compte.

Les pistes sont bien aménagées le long des routes et tous les petits chemins sont en asphalte avec une signalisation impeccable. Le système de repérage par balise est tellement intuitif que vous n’avez pas besoin de cartes pour circuler et les enfants captent rapidement ce mode de déplacement et se repèrent tout seul.
Moral de l’histoire: si vous souhaitez débuter dans le voyage à vélo itinérant avec des petits bouts ou à tout âge, ce pays est l’idéal! De plus,  le camping y est roi, il y en a partout. En revanche pour les bivouacs, c’est plus dur de trouver un petit coin à l’abri des regards.

Après avoir quitté Amsterdam le 29/07, nous avons roulé pendant 10 jours avec nos amis de Garbejaire. Nous voilà donc partis à 12 (6 adultes et 6 enfants entre 3 et 8 ans) sur les pistes cyclables des régions de la Hollande-Méridionale et de la Zélande en direction de la Belgique. C’est une autre dimension de voyager en groupe, entre la gestion des courses, les douches, les directions à prendre, choisir les endroits où dormir, mais l’entente a été parfaite. Les enfants ont passé beaucoup de temps à jouer ensemble. Durant l’une des pauses déjeuner, ils ont pu tester une pêche aux crabes version Hollandaise qui fonctionnent à coup sûr, sur les étrilles de la mer du Nord. La recette : Fabriquez une canne à pêche de fortune avec un bâton, un bout de ficelle et une pince à linge, glissez un morceau de lardon au bout de la pince à linge et préparez votre seau à marée haute, c’est une pêche miraculeuse…

Durant la journée, on adore écouter les multiples histoires qu’ils inventent et les nombreuses chansons qu’ils fredonnent pour passer le temps à vélo. Froggy en profite pour rouler avec chacun d’eux. Plus besoin non plus de pousser Maël pour avancer, il faut plutôt le freiner pour laisser la 1ère place.

Le soir quand toute la marmaille est couchée, on peut se remémorer les journées passées, les anecdotes du voyage, les rencontres formidables mais aussi envisager le retour qui approche.
Les paysages défilent avec les nombreux champs d’éoliennes, les maisons de briques et les flots de touristes qui se retrouvent sur les plages. Certains campings sont remplis à bloc, laissant peu d’espace entre les tentes, en revanche nous apprécions tous les petits campings à la ferme (SVR) entre les animaux et les nombreux jeux dédiés aux enfants. D’ailleurs dès que nous mettons nos roues dans le camping, ils disparaissent immédiatement au terrain de jeux!

Sur l’île où se trouve Middleburg, nous sentons que la Belgique se fait plus présente avec de nombreux francophones en vacances et les soirées frites organisées dans les campings.

Le 08/08, il est temps de dire au-revoir aux copains qui prennent la direction de Bruges et pour nous de rouler vers Lille. Les aux-revoirs se font sans difficultés car nous allons bientôt rejoindre papi et mamie et les tontons et tatas en Bretagne. Les aventures continuent pour découvrir notre dernier pays avant la France: La Belgique, enfin uniquement la province de Flandre occidentale…

 

Les Pays-Bas, le Gouda et le plat!

Toute la journée (lundi 21) entre l’Allemagne et les Pays-bas, une mini-descente quasi-imperceptible ce profilait au loin. Enfin le plat, nous l’attendions depuis des mois, quel plaisir de rouler sans trop d’effort. On aurait pu penser que rouler sur une région plate est plus ou moins ennuyante mais non, la Hollande nous enchante!
Les routes le long des canaux, des petites maisons en briques décorées avec goût, des jardins fleuris et travaillés, des toitures en chaume, les girouettes surplombant les petites cheminées… pour l’instant tout nous plaît.
Après avoir croisé la frontière sur un petit chemin de campagne entre des champs de maïs et un champ d’éolienne, nous arrivons en Hollande dans la jolie petite ville de Ter Apel. Le lendemain, nous voilà parti en direction de la petite venise hollandaise prénomée Giethoorn à environ 100 km de là.
Après 50 kms, il est à peine 16H30 et Maël semble en pleine forme, nous décidons de poursuivre la route afin de rejoindre la famille Pradère en vacances en Hollande. A 19h, nous atteignons la petite ville de Giethoorn avec au compteur 92kms. C’est notre plus longue journée du voyage surtout que Maël a réalisé l’exploit tout seul (le follow-me a un petit souci de fixation).
Après cet effort, toute la famille mérite un petit repos avec les copains dans un camping situé au milieu des petits canaux, les gens circulent soit à pied, soit en bateau, soit à vélo! Les enfants s’éclatent toute la journée. Nous découvrons les bracelets qui font la fureur des cours de récrés françaises, les “looms”. Les enfants se sentiront moins en décallage car le retour approche.
Les prochains jours, nous allons rouler en direction de Amsterdam pour rejoindre nos amis du SLIP (Syndicat Libre de l’Impasse de la Peyrière).