Ligne d’arrivée franchie !

Samedi 16 Août, quel bonheur de voir les contours du Mont St Michel se dessiner, une fois le village de Pontaubault dépassé. Nous nous joignons au pique-nique de la famille «Bentrider Fameuhly» qui revient d’un tour d’Europe en trike (fameux vélo couchés à 3 roues). Maël passe l’après-midi à rouler sur l’un d’eux le long du barrage avec en fond le Mont St Michel qui se rempli et désempli au rythme effréné des navettes qui déposent les touristes.
En quittant ce rdv de cyclo-randonneurs, nous réalisons également que nous arrivons à la frontière Bretonne, comme Maël l’a précisé dans son cahier de bord!
L’eurovélo 4 ainsi que le Tour de la Manche, sont autant de choix pour suivre un de ces itinéraires cyclables qui longent la baie du Mont St-Michel jusqu’à la côte d’émeraude.
Le 17 août, nous avons le plaisir d’être accueilli par nos dernières hôtes WarmShowers (Tara le prononce “One cho heure»). Erwan, Marie, et les enfants, Jean, Antoine et Léon nous ouvrent les portes de leur chaleureuse maison pour une soirée galette/crêpe. Les enfants s’entendent à merveille, et disparaissent le temps d’une soirée: ils se déguisent, mettent de la musique, explorent le jardin, jouent dans la cabane en paille qui est en construction… pendant ce temps les parents papotent sur les voyages, l’école à la maison, l’éco-construction, l’habitat partagé. Plein de sujets qui nous trottaient dans la tête et que nos hôtes ont déjà mûri ou expérimenté.
Lundi 18, après une averse, Erwan et sa famille nous accompagnent à vélo jusqu’à Saint Malo via les petits chemins de campagne. A la pause déjeuner, un tracteur retourne la terre d’un champ de patate où nous pique-niquons et les enfants en profitent pour glaner des pommes de terre qui se découvrent. Nous dormons le soir au camping municipal de St-Malo, il y a beaucoup de vent, mais la côte est de toute beauté.
Papi et Mamie nous appellent maintenant tous les soirs, c’est un peu comme avoir un phare, un PC (poste de commandement) de course, où on y parle de météo, de ligne d’arrivée, et de l’après voyage…les enfants ont hâte d’arriver et ils rêvent de passer du temps avec leurs grands-parents, tonton et tatas. Nous hissons donc les voiles (façon de parler), et mettons le cap plein Ouest, le vent dans le pif, mais dans l’idée d’en découdre et de franchir avant la fin de la semaine, la ligne d’arrivée.
Mardi 19, nous prenons le temps de suivre les traces de Jacques Cartier, en découvrant la Cathédrale de St-Malo où repose une plaque dédiée à notre cher navigateur qui découvrit le Canada en 1535, après une dernière bénédiction dans ce lieu. Comme les plus grands navigateurs, nous prenons la mer avec notre chargement sur un petit bateau mais pour rejoindre seulement Dinard, se résumant à 10 mins de bateau !
A Matignon, Jacques, un fermier nous permet de planter la tente dans son champs. Sa mère nous offre même le cidre fait-maison pour accompagner notre repas du soir, et fêter notre arrivée dans le département des Côtes d’Armor.
Le lendemain, nous suivons les petites routes pour nous rapprocher de St-Brieuc, c’est encore une journée vallonnée, et nous sommes ravis de pouvoir installer notre tente, à côté d’une ferme (éleveur de viande Charolaise) à Andel.
Jeudi 21, peu après avoir entamé notre avant-dernière journée de cyclo-voyageur, nous rencontrons dans la Baie de St-Brieuc, Alex, Fanny et leur petite Montaine («des voyageurs comme nous» dit Maël), et roulons ensemble une bonne partie de la journée, c’est agréable d’être accompagné, comme poussé vers la ligne d’arrivée.
Et que dire de notre dernière soirée à Plourhan, chez des cousins qui spontanément nous accueillent à la dernière minute: une dernière douche chaude, des galettes Bretonnes, et une soirée pour démystifier le voyage à vélo, et se remémorer toutes ses belles rencontres et kilomètres parcourus.
Vendredi 22, un peu moins de 20 kms nous séparent de la  Chapelle de Kermaria, là où nous attendent les grands-parents, Amélie, la soeur de Kristell fraîchement arrivée du Québec pour les vacances, les cousines qui viennent passer du bon temps dans la maison de famille d’Yvias, et même Loïc et Pamela, les artistes acrobates qui viennent tout juste de faire un spectacle à Erquy.
Ils sont tous là, grand sourire aux lèvres, cris et même en larmes pour accueillir les Cyclofrogs. Les drapeaux flottant sur la carriole, l’explosion de joie est au rendez-vous!
Après un pique-nique salvateur, c’est en équipe que nous terminons ce tour d’Europe en franchissant la ligne d’arrivée après 6000 kms au compteur devant la maison du Min Gwen à Yvias, avec à la clé, banderole et champagne.
Nous posons nos sacoches et réalisons que c’est la fin de 6 mois d’aventures. Un goût de trop peu et beaucoup à la fois, il est maintenant temps de penser au futur, à 2 roues ou autrement, l’avenir nous le dira.

Douce France, cher pays de mon enfance!

Voilà, ce dimanche 10 Août, on y est, après 5 mois et 10 jours, nous rentrons dans notre pays par le département du nord via Halluin, accueilli par un rideau de pluie (comme dans le film, les ch’ti !).
Le retour est radical, c’est étrange de comprendre toutes les conversations autour de soi sans avoir à tendre l’oreille mais nous sommes contents d’être là après avoir atteint notre objectif. (la barre des 5000 kms a été dépassées aux Pays-Bas, le 27 juillet). Toutes les personnes que nous rencontrons sont accueillantes et impressionnées par le périple qu’ils entendent.
Arrivés à Lille le même jour, nous sommes accueillis par Grégoire (papa de 9 enfants, et frère de nos hôtes de Vincenza!) qui nous fait une visite guidée du centre ville. La Bretagne est encore loin et il nous faut prendre le train pour Caen.
Nous voilà depuis 4 jours sur les routes et voies vertes de la Suisse Normande pour arriver ce soir dans le camping municipal de Ducey.
Demain (le 16/08), en fin de matinée, nous serons au Mont Saint Michel pour rencontrer la Bentrider family qui revient d’un an de voyage (en Trike, Vélo couché à 3 roues) puis ce sera direction St Malo, Dinard, St Brieuc et notre cher petit village d’Yvias (à côté de Paimpol) où nous comptons arriver le samedi 23 Août (ou le dimanche 24), soit dans 8 ou 9 petits jours.

Si vous avez un peu de temps, vous pouvez nous rejoindre pour rouler les derniers kms ensemble sinon au plaisir de vous revoir tous bientôt.

Weekend de la Toussaint : Récit de notre boucle Hyèroise

circuit N°14 (sur 22) proposé par le conseil général du Var

 

Profitant du long weekend de la Toussaint, nous partons pour une boucle autour de Hyères. Nous avons repéré que le circuit N°14 des cyclorando proposées par le Conseil Général du VAR (télécharger les 22 circuits ICI) est assez plat, et la distance convient parfaitement pour les 3 jours à venir.

Cette rando nous permet de tester une nouvelle tente, la Quickhiker Ultralight 4 places (Quechua, video ICI) acheté spécialement pour le voyage 2014, mais également de lister les besoins à venir.

 

Vendredi 1 Nov : 28 kms – départ Hyères > destination les Borrels

9h du mat : nos vélos, carriole et sacoches attelés, nous voici partis pour 3 jours de vélo itinérant…sur le point de partir, on trouve le vélo de Kristell bien léger !! Oups…un petit oubli, le Follow-me, pièce indispensable afin de tracter le vélo de Maël est resté à la maison! bon, ça veut dire que pour les 3 jours à venir, Maël n’a pas la possibilité de monter dans la carriole avec sa sœur, c’est une première, en plus, on le charge de 2 sacoches..on part avec une sangle prêté par les cousins qui servira durant les moments de fatigue du Week-end.

Avec un soleil au beau fixe, les cousins nous accompagnent pour emprunter les voies cyclables pour sortir de Hyères. Il y en a plusieurs qui permettent de rejoindre le bord de mer en passant par la route du sel qui mène à Giens, mais dommage pour la sécurité des cyclistes, celles-ci ne sont pas reliées entre elles.
Nous rejoignons assez rapidement la plage de l’Almanarre où les enfants en profitent pour faire un saut dans l’eau. Les vélos et les sacoches attirent les curieux. Rapidement, nous recevons des encouragements et même des invitations à dormir dans le nord, lors de notre Tour d’Europe..P1170440

L’itinéraire se poursuit sur les pistes cyclables en direction du port du Gapeau. En fin de journée lorsque la fatigue se fait sentir, on sangle le vélo de Maël pour attaquer les routes non sécurisées et rejoindre le chemin de L’appié, à l’intérieur des terres.  Il nous faut maintenant trouver un bivouac pour la nuit. A la moitié du chemin, on lève la tête et au milieu des arbres, nous trouvons une belle clairière qui fera bien l’affaire.
Les vélos déchargés, nous nous attaquons maintenant à la tente avant la tombée de la nuit. Après un petit coup de main, elle se monte rapidement avec l’aide des enfants.  L’espace de vie est beaucoup plus vaste que l’ancienne et nous en profitons pour cuisiner. Après une bonne journée, tout le monde au dodo!

Samedi 2 Nov: 31 kms destination le Pradet

Les cloches des chèvres et l’odeur des champignons nous réveillent,… Quel régal, excepté l’invasion de moustiques au mois de novembre!

Nous repartons sur une route magnifique entourée d’Eucalyptus, chênes, pins… Le trajet au milieu des Borrels sera un point fort du WE mais voilà nous ne trouvons aucune supérette ou boulangerie dans les hameaux que nous  passons pour le pique-nique de midi. Après les forêts, nous nous retrouvons au milieu des vignes du massif des Maures que de nombreux cyclistes arborent.

Avant manger, nous quittons cet endroit paisible pour attaquer les routes départementales rarement sécurisées. Ne trouvant pas de quoi manger, on s’arrête chez un vignoble qui nous offre du pain ! Merci Monsieur !

Lors du déjeuner au sein du parc sportif de la Crau, Maël et Tara s’attaquent aux devoirs avec au programme lecture et écriture pour Maël, dessin et autocollant pour Tara.

P1170474

14h, Ils nous restent encore un bout de chemin pour rejoindre le Pradet, nous ne nous attardons pas surtout que l’itinéraire ne sera pas facile. La carte nous sert pour emprunter les petites routes et chemins de campagne mais il semble impossible de ne pas traverser quelques départementales.

En cette fin dP1170452‘après-midi, on sent bien que nous sommes dans un lieu beaucoup plus urbanisé que la veille, et nous passons devant 2 Campings fermés…mais nous nous retrouvons assez vite dans une ferme d’œuf bio, et nous plantons même la tente dans un poulailler (tout neuf!). Merci à notre hôte franco-américain (www.cotcotedazur.com‎)

Dimanche 3 Nov: 18 kms retour au point de départ

En suivant le conseil de notre hôte, nous prenons la direction de la mine de Cap GaronnP1170504e, ça monte, ça monte..mais la vue est superbe. Après une courte balade sur le sentier, on continue vers Carqueiranne. Suite à un agréable pic-nique, on rentre sur Hyères en passant par le col du Serre…ça monte encore, et Maël assure.

Ce weekend lui a vraiment permis de comprendre la notion des passages des vitesses, et d’apprivoiser le 20 pouces.
Voila, c’est la fin d’un Weekend de rêve sur Hyères :D , on reviendra!

P1170496

Une boucle Bretonne: de Hennebont à Vannes (Août 2013) – 2/2

Départ d’Hennebont ce matin avec le regret de quitter les canaux de Bretagne et leurs belles écluses, et l’envie de rejoindre la côte, la mer, la plage…, nous savons que la journée risque d’être difficile. En effet, c’est la fin des pistes cyclables et le début des routes secondaires vallonnées et chargées de vacanciers.

Sur le chemin côtier, nous découvrons quelques pistes cyclables qui nous facilitent la tâche et les enfants sont tranquilles. Nous testons une aire de pique-nique à côté d’un stade de foot ( clin d’oeil aux bons conseils de la Tribuvéloto!). La journée passe vite et arrivés à Plouhinec, nous sommes ravis d’apprendre que le bac fonctionne le dimanche pour rejoindre Etel ce qui nous évite un petit détour d’une vingtaine de kms.

La barre d’Etel et la baie sont absolument splendide, les enfants en profitent pour jouer sur la plage. Après avoir chargé tout notre attirail sur le bateau, nous voilà partis sur le bac qui traverse la rivière d’Etel. Quelle sensation étrange de se retrouver sur un bateau avec nos vélos et chargements!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le camping d’Etel, qui nous acceuille pour une nuit à vue sur mer. Maël profite du montage du campement pour faire plusieurs fois le tour du camping et se faire de nouveaux copains.

 

Un vélo Surly similaire à celui de John (le même cadre) passe chargé avec ses sacoches et une cagette de fruits et légumes. John interpelle le cyclo-randonneur, chacun étudie le vélo de l’autres…D’un coup, Gildas s’exclame: ” c’est toi, John Coutel? mais ce vélo est le mien!”. Quelle rencontre improbable, tous les deux viennent de réaliser que Gildas lui a vendu le cadre de son vélo sans jamais discuter de ce que chacun allait faire avec, une fois monté. Encore plus étonnant, nous avions déjà croisé Gildas, surnommé “la flèche”, furtivement le long du canal de Nantes à Brest.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Après Etel, nous continuons notre route jusqu’à Plouharnel, où nous dormons deux soirs de suite dans le même Camping.

 

P1160741

Le lendelain, nous lâchons nos vélos et grimpons dans le tire-bouchon ( Petit train qui relie Auray à Quiberon en période estivale), pour visiter  la côte sauvage de Quiberon.

 

 

P1160631

Nous assistons à notre premier Fest-Noz littéralement fête de la nuit, où Tara semble très à l’aise avec les pas de dance, tout comme Kristell.

 

Juste avant de quitter Plouharnel, nous organisons la fin de notre voyage ; le prochain objectif étant de se rendre à Locmariaquer en passant par Carnac/La Trinité-sur-Mer pour prendre un bac, à destination de l’île d’Arz.

Il est temps de reprendre nos vélos, direction Locmariaquer, où nous en profitons pour admirer les alignements de Carnac (suite de menhirs sur environs 4 kms) qui défilent le long de la route. Cette visite est d’ailleur beaucoup plus facile et agréable à faire en vélo qu’en voiture, avis aux amateurs!

Arrivé à Locmariaquer, les campings sont plein (la saison estivale bat son plein sur la côte) et nous n’avons pas réservé. Au lieu de dormir dans un camping bondé, nous préférons installer le campement dans un champ car nous devons nous lever tôt pour prendre le bateau, ce qui vaudra à John plusieurs crevaisons sur les roues de la cariole.P1160683

Sur les quais, le capitaine prend peur en voyant notre chargement. Heureusement, après avoir tout détaché et replié, nos affaires rentrent entièrement dans le bateau. Cette petite pause nous permet de découvrir le Golfe du Morbihan vue de la mer. Le capitaine nous explique les marées et le courant situé dans le goulet de Port Navalo qui ressemble à un torrent ce qui en fait le deuxième courant le plus fort d’Europe.

Arrivé sur l’île d’Arz, nous déposons les sacoches au camping municipal et profitons de cette journée ensoleillée pour visiter l’île et jouer sur la plage. Les crevaisons continuent pour la cariole, John, déguisé en “super réparateur”, s’attaque maintenant au vélo d’une vacancière. Serait-ce une reconversion?

Voilà notre dernière soirée en itinérance, nous en profitons pour regarder un maginifique coucher de soleil et rêver à de futures aventures.

Dernier jour, les vélos chargés nous profitons d’un ferry pour retourner vers Vannes. Le bateau étant vide, le capitaine nous laisse grimper dans la cabine et prendre la barre pour nos apprentis moussaillons.

A terre, direction le centre-ville de Vannes pour passer l’après-midi dans un parc, les vacances à vélo sont finies, les papas prennent le train pour récuperer les voitures. Pendant ce temps, une chasse aux trésors improvisée est organisée dans le parc.

On profite des derniers instants ensemble. Les voitures chargées, il est temps de se dire aurevoir et prendre chacun son envol.P1160712

Avant de rejoindre le village de “Le Guerno”, nous nous attardons dans Vannes, jolie petite ville fortifée. Le centre est magnique avec ses maisons à colombages et ses rues étroites. C’est une ville où il fait bon vivre.

Pour fêter la fin du voyage, nous avons prévu une suprise pour les enfants avec la visite du parc animalier de Branféré. (http://www.branfere.com)

 

Une boucle Bretonne: de redon à Hennebont (Août 2013) – 1/2

Qui a dit que le temps breton était pluvieux?
Nous revenons d’un tour à vélo en Bretagne où nous avons eu droit à la canicule! Relativisons tout de même, la température est restée en dessous des 30°, ce qui nous a permis de parcourir nos 300 kms assez facilement.

Dès le premier soir, notre voyage débute par une belle rencontre avec les “Australocyclos” (http://aussibici.blogspot.fr). Christine, Bruno et leurs 2 garçons ont roulé en Australie et Malaisie en 2011-2012 au grès des rencontres alliant woofing et bivouac.
Après un bon dîner, nous voilà déjà entrain d’étudier les cartes des voyages passés et à venir, nous replongeant dans les souvenirs de chacun et échangeant sur les bons plans pour notre cyclo-rando dans le Morbihan pendant que les enfants découvrent chaque recoin de la maison et du jardin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Le lendemain, nous quittons tous ensemble leur maison passive à St Marie et partons rejoindre le canal de Nantes à Brest via la Vilaine, et cerise sur le gâteau, ils nous permettent de laisser les voitures chez eux. (Un grand merci!)

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Les jours suivants, le long du Canal entre Redon et Pontivy, nous roulons quasi exclusivement sur les chemins de halage.

Pas besoin d’être un grand sportif, le canal est relativement plat et le revêtement très roulant.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les passages aux différentes écluses agréablement fleuries nous permettent d’expliquer leurs fonctionnement aux enfants et de voir les bateaux remonter le canal. Les éclusiers fort sympathiques, nous donnent plus de détails et nous racontent leurs vies le long du canal.

 

Nos arrêts dans les villes et villages serons également de belles découvertes, en particulier Malestroit avec son église St-Gilles et Josselin avec un très joli centre-ville et un beau château situé le long du canal.

 

Arrivé à Pontivy, nous nous arrêtons chez Sandrine, Ludo et bébé Nolan, qui nous accueillent dans la bonne humeur. Nous découvrons un grand garage-atelier rempli de poster de champions cyclistes, justement, à quelques kilomètres de chez eux, 1er pépin inquiétant, le blocage rapide arrière du vélo de Kristell tombe et Ludo nous répare cet axe indispensable pour continuer notre route…merci encore !

Les enfants sont ravis de courir après les 2 poules et de se dépenser dans le jardin.
Nous passons une super soirée en écoutant leur récit vélocipédique autour du monde. Ludo nous fera découvrir les recoins de cette ancienne laiterie familiale avec un réseau sous-terrain à quelques mètres sous nos pieds.

Après un petit détour dans une biscuiterie Bretonne, et oui nous avons quelques gourmands dans le groupe, le canal du Blavet se dessine devant nous. Beaucoup moins emprunté que le canal de Nantes à Brest, celui-ci nous semble plus sauvage, en commençant par son revêtement moins entretenu.
Nous avançons au rythme des enfants:
– entre les arrêts pipi,
– les stops pour passer des follow-me, aux vélos libres ou aux carrioles,
– les pique-niques improvisés près d’une église ou d’une écluse
- les bateaux fabriqués avec des feuilles dans un cours d’eau
- les activités et devoirs de vacances
- la recherche du point de chute du soir
- la préparation du campement et du dîner
 OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La soif de liberté, de découverte et d’aventure, nous invite à la rencontre.
Après une recherche de camping infructueuse, un couple à la retraite nous invite à planter nos tentes dans leur jardin près de Guillac. Nous montons le campement pendant que les enfants découvrent les animaux de la ferme. Mme Malboeuf nous montre son ancien atelier de confection de galette où environ 3000 galettes étaient réalisées. Miam,miam!
A l’écluse du Tréblavet, nous plantons nos tentes dans le jardin et nous sommes invités à boire le café avec l’éclusier et sa femme. Ils nous racontent la vie des éclusiers. Seulement 80 bateaux par an remontent encore le canal du Blavet. Le bruit de l’eau qui tombe du barrage est continu!
Le canal est fini, nous voilà à Hennebont où nous dégustons enfin nos premières galettes, un délice!
Demain à nous la côte du Morbihan avec ses belles plages….

Camargue : Tour de l’étang de Vaccarès en 4 jours, mai 2013

Nous voila revenu de 4 jours d’une rando vélo en Camargue, où nous avons fait le tour de l’étang de Vaccarès :

trajet_mai_2013Jour 1 : Domaine Paul Ricard > Saintes-Maries-de-la-Mer
Jour 2 : Stes-Maries > Beauduc
Jour 3 : Beauduc > Villeneuve
Jour 4 : Villeneuve > Domaine Paul Ricard

Ce que nous avons aimé :
Les grandes plages a perte de vue, le parc régional de Camargue,…le camping à Stes-Maries, même si il était assez plein, ce qui nous a un peu surpris. Nous avons rencontré beaucoup de cyclistes le lendemain dans la portion Stes-Maries jusqu’au Phare de la Gacholle.
Nous avons apprécié la faune et flore de la Camargue comme les Flamands Roses, les Taureaux, les Aigrettes, les Chevaux, et les iris qui poussent dans les canaux le long des chemins…
Les locaux sont très sympathiques, et leurs indications nous ont permis de trouver un champ pour dormir lors de notre 3ème nuit à Villeneuve.

Ce que nous avons pas aimé :
Les moustiques…les moustiques…et les moustiques !! et trouver un camping sauvage n’a pas été facile dans les terres…et le vent pour planter la tente sur la plage de Beauduc.

La bonne nouvelle, c’est qu’une grenouille s’est accrochée sur nos vélos…et je crois qu’elle a appréciée la ballade en Camargue !

beauduc-les-tentes les-petits-en-camargue-2013 les-copains-camargues-2013 les_velos-mael-et-john Kristell-camargue-2013 Froggy-et-Tara-Mael